Une semaine de jeûne hydrique est-elle si dure à avaler?

Une semaine de jeûne hydrique est-elle si dure à avaler?

La nouvelle tendance qui anime les débats :

Une semaine de jeûne hydrique est-elle si dure à avaler?

 

Peut-être vous posez-vous des questions sur ce sujet !

Je viens vous faire part brièvement de ma récente expérience vécue au centre Jeûne Vitalité situé à Bayons dans les Alpes de Haute Provence, au cœur du massif des Monges : www.jeune-vitalite.com

J'étais curieuse de découvrir les éventuelles difficultés ; il faut préciser qu’un jeûne hydrique consiste à boire de l’eau et de la tisane durant une semaine. Pour cela bien sûr, il faut se préparer au moins une semaine avant en réduisant progressivement les portions alimentaires et en supprimant :

  •        Les protéines animales : viande, œufs, produits laitiers, poissons, fruits de mer, etc.
  •        Les excitants : café, thé, sucre, sel, cacao, alcool
  •        Les graisses et huiles crues
  •        Les oléagineux et les céréales cuites

Si le protocole de préparation n'est pas suivi sérieusement, ce qui fut mon cas, les premiers jours sont alors plus difficiles à passer.

« Un jeûne se prépare au même titre qu’un marathon ou une épreuve sportive. Une personne qui se lance dans un marathon sans préparation se montre peu respectueuse de son propre corps. Il en est de même pour le jeûne. »

Ma condition physique de femme active était compatible avec le programme quotidien proposé dans ce lieu fantastique :

  •        randonnée accompagnée le matin,
  •        soins avec une équipe de praticiens professionnels et bienveillants l’après-midi,
  •        conférences simples, claires et accessibles à tous en fin de journée.

De plus, une salle de relaxation est mise à disposition : spa, sauna, tables d’étirement, fauteuils de massage, arbre de vie pour méditer face à la montagne et bien d'autres choses encore...

En fait, la plus grosse contrainte est sociale. Mais bon, sans rire, quelques jours sans apéro et sans diner entre amis, ce n'est pas non plus la mer à boire ! Il faut savoir ce que l'on veut : j’avais envie en fait de mettre entre parenthèses quelques jours mes habitudes d’épicuriennes ! Et je peux vous dire qu’en tant que « bonne vivante », je suis bien entourée !

L’état physique : la lassitude ou le syndrome de la valise peuvent éventuellement arriver le quatrième jour. Mon corps et mon esprit se sont fait une raison et ces fatigues physique et mentale ont régressé progressivement.

J'ai alors vécu des moments de plénitude en profitant des différents massages qui sont exceptionnels tous les après-midi ; j'ai beaucoup appris sur le fonctionnement de nos organismes grâce aux conférences mémorables et passionnantes de Christian.

Je suis ravie car mon addiction physiologique à la nourriture est en train de disparaître. Quelle source de plaisir et quelle sensation de liberté intense liée à la disparition d’un besoin, celui de manger !

Un autre bienfait inhérent au jeûne : mon odorat semble plus affûté ; mes narines se saisissent de la moindre odeur d’une épice, d’un fruit, d’un légume. Ma curiosité culinaire s’est développée juste en sentant les aliments. Les imaginer me met l’eau à la bouche. Prendre à nouveau le temps de cuisiner exalte tous mes sens !

Les effets bénéfiques du jeûne hydrique ne s'arrêtent pas lorsque l'on reprend l'alimentation. Les jours suivant mon retour à la maison, j'ai continué de profiter d'un odorat sur développé et le verbe "savourer" a pris alors tout son sens dans une joie indicible.

Il est important de noter qu'un jeûne hydrique d'une semaine suffit pour stimuler ou remonter son système immunitaire. Parmi les autres participants à ce Jeûne Vitalité (la taille des groupes à Bayons est limitée à 8 personnes), les « revenants » témoignaient de leur bonne santé : avoir passé l’hiver sans rhume, bronchite, grippe ou angine !

Autre point important au cours de cette aventure hors du commun : jeûner et randonner sont compatibles ! Que dire des randonnées ? Accessibles à tous : nous avons découvert ce massif des Monges totalement préservé en cheminant au cœur d’une nature intacte faite de sentiers, de forêts, de cascades, dans une luminosité vierge de toute pollution.

Alors me direz-vous... quid de l'hypoglycémie ?

Et bien il faut croire que le corps est une formidable machine qui s’adapte à de nombreuses situations. Bien encadrée, j'ai pu marcher sans ressentir aucun des méfaits prétendument ressentis par le manque de sucre !

Zut... Où est la ligne rouge ?

Sont-ce de réelles hypoglycémies ? Sommes-nous manipulés par notre organisme ou par les vindictes populaires qui nous feraient croire à notre mort certaine par manque de sucre ?

Un autre geste santé que j'ai testé durant mon séjour : l’irrigation du colon, pratique préventive pour une bonne hygiène intestinale. Car Jeûne Vitalité est un centre qui se préoccupe beaucoup des maux du ventre…

Pour Conclure :

Le jeûne a eu pour moi de nombreux bienfaits et des bénéfices que je n’aurais imaginés. Il s’agissait pour moi de m’extirper d’un quotidien un peu fou, de mettre mon organisme en vacances, comme un "reset". Offrir à mon corps un répit, comme un acte d’amour envers moi-même. Il ne s'agissait pas d'un coup de tête mais d'une réelle envie de découvrir cette pratique et de pouvoir enfin mieux écouter mon corps.

Le jeûne est inscrit dans nos gènes : toute personne fatiguée, blessée, malade perd l’appétit… Et il faudrait que nous réapprenions à jeûner avant que la maladie ne nous fasse perdre l’appétit ! Je suis bientôt prête pour Koh Lanta !

J'espère que mon témoignage vous servira. Grand merci à l'équipe Jeûne Vitalité qui offre de vraies valeurs ajoutées à cette expérience pour laquelle le mot de la fin sera : À l’année prochaine assurément !